Actualités

Interview: Olivier Trégoat, nouveau Directeur Technique des propriétés DBR (Lafite) hors Bordeaux

A 42 ans, Olivier Trégoat a été nommé Responsable Technique des propriétés DBR (Lafite) hors Bordeaux. Il supervisera dorénavant le Domaine d’Aussières (Languedoc), Viña Los Vascos (Chili), Bodegas CARO (Argentine) et le Domaine de Penglaï en Chine. Il succède ainsi à Eric Kohler qui prend la direction des propriétés bordelaises du groupe.

Un beau challenge pour cet homme passionné et passionnant que nous vous proposons de découvrir dans cet entretien.

 

DBR (Lafite): Olivier Trégoat, en décembre dernier, DBR (Lafite) officialisait vos prises de fonction en tant que Directeur Technique des propriétés internationales du groupe.
Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ?

Olivier Trégoat (OT): Je suis Ingénieur Agronome et Œnologue de formation. J’ai très vite été ancré dans la région bordelaise puisqu’entre 1999 et 2002, j’ai réalisé une thèse sur l’étude des sols et des sous-sols des plus grandes propriétés viticoles de la région, le « Club des 8 » comme on les surnomme à savoir Château Ausone, Château Cheval Blanc, Château Haut-Brion, Château Latour, Château Margaux, Château Mouton-Rothschild, Pétrus et bien-sûr Château Lafite Rothschild.
Cela a été pour moi une expérience formidable, des opportunités de rencontre avec les équipes des Châteaux et c’est justement à cette époque que j’ai rencontré pour la première fois Eric Kohler qui travaillait alors à Lafite.

DBR (Lafite): Votre parcours débute dans le Bordelais mais c’est pourtant dans le Languedoc que les relations de travail commencent réellement avec le groupe DBR (Lafite) ?

OT: C’est vrai. J’ai la chance que mes choix personnels aient pu orienter favorablement mes opportunités professionnelles.
Après cette étude des sols qui représente une étape majeure dans mon parcours, j’ai suivi mon épouse qui avait un projet professionnel dans le Languedoc.
J’ai commencé par travailler dans un laboratoire très bien implanté dans la région. Pendant cinq années, j’ai appris énormément sur cette région en suivant les vinifications d’un nombre important de vignobles. Bien que prestataire, on se rapproche beaucoup des équipes et des problématiques qui nous sont confiées. Le Domaine d’Aussières faisait partie des vignobles que nous suivions et c’est ainsi que j’ai à nouveau été en contact avec le groupe DBR (Lafite).

DBR (Lafite): Vous avez d’abord travaillé en tant que consultant pour le Domaine d’Aussières?

OT: C’est tout à fait ça. En 2003, fort de mon expérience acquise dans le Languedoc, je me suis lancé dans une activité de consultant indépendant spécialisé dans l’expertise des sols et des vignobles. Je guidais les pratiques viticoles des domaines après avoir défini en amont le potentiel viticole de la propriété grâce à une analyse approfondie des sols.
Cette activité aura duré 12 ans, jusqu’à l’année dernière !

En 2004, Eric Kohler qui avait été nommé Directeur Technique du Domaine d’Aussières, a donc fait appel à mes services. Nous nous étions rencontrés à Lafite et nous nous retrouvions dans le Languedoc, l’histoire était plutôt amusante. Le groupe DBR (Lafite) avait acquis la propriété en 1999. L’objectif était de faire revivre ce domaine dans lequel les équipes croyaient énormément. Bien-sûr, ce pari me plaisait beaucoup car j’étais moi-même convaincu du potentiel de ces terres.  En 2004, le domaine avait déjà fait l’objet d’un vaste plan de réhabilitation. J’ai alors travaillé à établir une cartographie des sols et des sous-sols d’Aussières entre 2005 et 2006 pour appuyer l’effort qualitatif mené dans la propriété.
La qualité des vins d’Aussières est aujourd’hui très appréciable voire remarquable pour son 1er vin, j’espère y avoir un peu contribué !

DBR (Lafite): Nos partenaires ne vous connaissaient pas mais vous avez agi dans les  «coulisses » des activités viticoles de DBR (Lafite) depuis 2004 ?

OT: Oui, un peu… mais il faut être précis.
J’ai essentiellement travaillé sur des projets de développement à l’international. Mon métier de consultant m’avait amené à travailler dans le Languedoc, à Bordeaux mais aussi à l’étranger, en Turquie, en Espagne ou encore en Chine, j’avais donc acquis une connaissance étendue de différents terroirs soumis à différentes climatologies.
En 2009, quand Eric Kohler est nommé Directeur Technique des propriétés internationales du groupe, il a pensé à moi pour que l’on reproduise le même travail d’analyse et de cartographie qui avait été réalisé à Aussières.

DBR (Lafite): Quels projets avez-vous menés avec Eric Kolher dans nos propriétés ?

OT: A Viña Los Vascos, le travail est assez comparable à celui mené à Aussières, l’étude s’est en grande partie concentrée sur l’analyse du régime hydrique, un point clé dans les pays chauds. J’ai eu l’opportunité d’apporter à DBR une compétence sur le pilotage de l’irrigation. Nous avons ainsi préparé la transition vers un système d’irrigation au goutte à goutte. Nous avons également acquis de nouvelles parcelles à destination de la cuvée Grande Réserve. En Chine, dans le domaine de Penglaï, j’ai eu la chance d’accompagner les premiers coups de pelle et les premières plantations.

DBR (Lafite): Quels sont vos objectifs en arrivant en tant que Directeur Technique chez DBR (Lafite) ?

OT: Je suis un amoureux de la terre et j’ai appris au fil des années passées en tant que consultant auprès de DBR (Lafite) que nous partagions la même vision : respecter la terre, le climat, avoir une vision à long terme sur les domaines que nous choisissons de développer. Je ne vais donc rien révolutionner mais plutôt permettre à l’effort qualitatif initié par le groupe et Christophe Salin à sa tête de se poursuivre.
Il s’agit de continuer le travail d’Eric Kohler et des équipes d’Aussières, de Los Vascos, Bodegas CARO et Penglaï. Ce sont toutes des personnes très investies.

A Los Vascos et Aussières, nous récoltons actuellement le fruit du travail mené au cours de la dernière décennie tout en restant très vigilants.
A Penglaï, nous attendons avec impatience les prochaines plantations.
Enfin, à Bodegas CARO, nous avons de beaux projets avec la famille Catena.