Château Lafite Rothschild

1er cru classé, Pauillac

« Lafite a une âme, une belle âme, tendre et généreuse. Lafite change la terre en rêve. Lafite est harmonie, harmonie entre la nature et l’homme car, sans nos merveilleux vignerons, rien ne serait fait ».
Baron Eric de Rothschild

Dès 1815, le courtier Guillaume Lawton dit de Château Lafite : « Je l’ai classé comme possédant le plus d’élégance et de délicatesse et la sève la plus fine des trois [Premiers Crus]. La position de ses vignes est l’une des plus belles du Médoc ». En 1855, le Château sera consacré 1er Grand Cru à l’occasion du célèbre Classement rédigé lors de l’Exposition Universelle.

Château Lafite Rothschild 1er cru classé, Pauillac
Précédent

Millésimes

  • Millésime 2015

    • 91% Cabernet Sauvignon
    • 9% Merlot

    Phénomène récurrent ces dernières années, le début de l’hiver a été doux et sec et ce n’est que fin janvier que les froids bénéfiques sont arrivés, accompagnés de précipitations. Le débourrement a commencé début avril comme d’ordinaire et la vigne s’est ensuite rapidement développée grâce aux réserves en eau et au climat tempéré. En juin, la floraison a été précoce et homogène, indice prometteur avant la récolte.
    L’influence de l’océan et de l’estuaire a permis d’atténuer quelque peu un été chaud avec des hautes températures. Le stress hydrique a été élevé, mais les pluies d’août ont apporté la fraîcheur nécessaire à la véraison puis à une parfaite maturation. Les conditions idéales étaient réunies au moment des vendanges, permettant d’obtenir le meilleur de chaque parcelle.

    NOTES DE DEGUSTATION (à la mise en bouteilles)

    Sa couleur est très sombre avec des reflets violets indiquant encore sa grande jeunesse.
    Au nez le vin est encore discret, c’est classique après seulement quelques mois de bouteilles. Mais nous percevons déjà une belle profondeur et une grande complexité. Notes de fraises fraîches et de tabac dans lequel le boisé est parfaitement fondu.
    L’attaque est à la fois souple et très puissante. Il monte, monte… en bouche, et s’arrête en douceur sur un plateau déjà très haut.
    Sans aucune agressivité, et dans une parfaite harmonie il est très long ensuite.
    C’est un Lafite qui ne révèle aujourd’hui qu’une petite partie de son potentiel, et qu’il faudra savoir attendre…quelques années.

  • Millésime 2014

    • 87% Cabernet Sauvignon
    • 10% Merlot
    • 3% Cabernet Franc

    Les grandes pluviométries de novembre à février ont remis à niveau les nappes phréatiques, déjà bien remplies par les années 2012 et 2013, supérieures ou équivalentes aux moyennes annuelles.
    Les températures sont restées supérieures aux normales et les vignobles, comme les hommes, ont manqué de bonnes gelées hivernales comme on les aime : beau soleil, froid sec, sans vent pendant environ 15 jours ! Nous ne maîtrisons pas la nature! Le débourrement a été précoce, suivi d’une floraison homogène la première semaine de juin, favorisée par une élévation des températures.
    Comme toujours, les conditions climatiques ont été au centre de nos préoccupations de viticulteurs et nos équipes ont œuvré tout au long de l’année pour amener à maturité un raisin en parfait état sanitaire. La véraison s’est faite en deux périodes, fin juillet, puis après le 15 août, ce qui a entraîné des différences de maturité sur les grappes d’un même pied de vigne.
    Il a donc fallu «jongler» au moment des vendanges pour faire les choix les plus judicieux; et insister auprès des vendangeurs et des trieurs afin de ne garder que le «nec plus ultra» des raisins rouges, aptes à produire nos grands vins de Pauillac.

    NOTES DE DEGUSTATION (A LA MISE EN BOUTEILLES):

    Belle couleur rouge grenat intense.
    Nez complexe et fruité caractéristique des 2014, présente de belles notes florales. On perçoit une légère note toastée, mais le bois est déjà bien fondu. En bouche, le vin prend une grande ampleur, il est puissant tout en restant élégant. La mûre et le cassis s’affirment encore ici et sont bien complétés par des notes de violette et de cèdre si souvent présentes dans les vins de Lafite.
    La bouche est fraîche, harmonieuse et très longue. Elle présente un bel équilibre entre richesse et finesse. C’est un vin qu’il faudra savoir attendre une dizaine d’années, avant qu’il n’atteigne son apogée de dégustation.

  • Millésime 2013

    • 98% Cabernet Sauvignon
    • 2% Merlot

    L’hiver très humide et froid a engendré un grand décalage dans tous les travaux viticoles ; le débourrement a été tardif, la floraison aussi avec 3 semaines de retard sur la moyenne des 50 dernières années, sous un climat capricieux, ce qui a entraîné coulure et millerandage, annonçant une récolte moins importante qu’à l’habitude. Puis fin juin, le climat change brutalement et nous passons en plein été, sans transition, mais avec une forte tendance orageuse locale (le 27 juillet et le 2 août, selon les secteurs).

    La situation devient « sportive » à partir du 15 septembre : de la pluie, du soleil, de la maturité longue à obtenir bien qu’une partie du retard ait été rattrapé, puis plus délicate et plus risquée lorsqu’on constate, fin septembre, le développement «explosif» du botrytis ! C’est donc la course sans galop d’essais, et la chasse aux vendangeurs pour aller le plus vite possible. Heureusement, les équipes de trie sont très efficaces malgré la difficulté de la récolte. La chronologie habituelle de ramassage des parcelles de rouge est quelque peu modifiée en fonction de l’impact du botrytis et du potentiel à faire du premier ou second vin.

    NOTES DE DEGUSTATION (À LA MISE EN BOUTEILLES)

    Comment déguster un grand vin si tôt après la mise en bouteille ?
    Le nez est très fermé, presque à la limite de l’austérité. En bouche, on trouve rapidement la solidité puis l’amplitude du milieu avant d’arriver sur une finale longue, joliment fruitée, encore un peu marquée par la barrique. Une école de patience !

  • Millésime 2012

    • 91% Cabernet Sauvignon
    • 8,5% Merlot
    • 0,5% Petit Verdot

    2012 s’est caractérisé par des conditions climatiques délicates dans le Bordelais.
    Après un hiver relativement doux, la pluie et l’humidité ont dominé pendant le printemps et tout particulièrement au mois d’avril au cours duquel est enregistré un orage de grêle (24 avril).
    De telles conditions ont engendré une fécondation difficile et ont fait craindre des répercussions quantitatives à la baisse. Le travail des vignerons a été plus que jamais indispensable.
    Juin et juillet ont alterné chaleur et humidité. Dès le mois d’août, on a retrouvé une certaine stabilité climatologique qui a permis aux raisins sains de parfaire leur maturité.
    Néanmoins, une certaine hétérogénéité des maturités a contraint nos équipes à un travail important de trie dès la fin septembre.

    NOTES DE DEGUSTATION (à la mise en bouteilles):

    Nez fermé, puis le fruit qui s’exprime est légèrement dominé par le bois. En bouche, trame bien serrée et dense. Puis le cœur du vin s’exprime sur un équilibre solide, compact. La finale bien que très dense, montre des tanins « presque légers et aériens » ! Grande longueur et persistance.

  • Millésime 2011

    • 80% Cabernet Sauvignon
    • 20% Merlot

    La climatologie du millésime 2011 a été atypique et a mobilisé toute la vigilance et le savoir-faire de nos équipes techniques.
    Ce fut un millésime très précoce avec un printemps très chaud, une pluviométrie faible en début d’année, puis plus conséquente en été, et la menace persistante de l’oïdium (maladie de la vigne plutôt rare dans la région de Bordeaux).
    Ensuite, alors que les vendanges se préparaient, un gros orage de grêle sur le Nord de Pauillac et Saint Estèphe, le 1er septembre, a quelque peu bousculé les plannings. Les parcelles touchées ont été rentrées en premier, sans préjudice majeur compte tenu de la précocité, les raisins étaient déjà bien mûrs !

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Robe d’un pourpre profond et intense.
    Nez dense, arômes de fruits rouges et noirs, de buis et notes épicées. 
    Bouche très dense, de belle intensité. 
    Finale très complexe.

  • Millésime 2010

    • 87 % Cabernet Sauvignon
    • 13 % Merlot

    Le début de l’année viticole a été marqué par un hiver froid et relativement humide, ce qui engendra un débourrement légèrement plus tardif qu’en 2009, vers la mi-avril. Le temps sec et ensoleillé du mois d’avril fut alors particulièrement favorable pour le développement de la vigne.
    Mai et juin se sont caractérisés par une alternance entre épisodes pluvieux et journées ensoleillées. Le début du mois de juin a été marqué par une vague de fraîcheur qui compliqua la floraison des merlots, entraînant coulure et millerandage.

    Fort heureusement, le mois de juillet a été très sec (pluviométrie inférieure à 20 mm) avec des températures relativement élevées qui ont permis de rattraper le retard au moment de la floraison. 
    Les mois d’août et de septembre, très secs et avec de belles températures diurnes et des nuits fraîches sont venues parfaire la lente et complète maturation des raisins.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Belle couleur concentrée. 
    Vin solide et dense en bouche, il présente une belle structure et des tanins bien prononcés. 
    Vin long et persistant avec des notes de violette en fin de bouche. Le 2010 est un vin élégant avec un bel équilibre.

  • Millésime 2009

    • 82,5 % Cabernet Sauvignon
    • 17 % Merlot
    • 0,5 % Petit Verdot

    Le début de l’année viticole a été délicat à gérer en raison d’un printemps plutôt chaud mais surtout humide. Une grande vigilance était de rigueur pour protéger la vigne. 
    Le beau temps stable est revenu en juin et s’est maintenu tout l’été. La sècheresse s’est même installée, entrecoupée en juillet, août et septembre d’épisodes légèrement pluvieux bienvenus. Le bel ensoleillement, les journées chaudes, sans être caniculaires, et les nuits assez fraîches ont permis une maturation lente repoussant le début des vendanges fin septembre. 
    Des conditions climatiques exceptionnellement favorables, couronnées par des vendanges sous le soleil, pour un résultat qui fera date.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) : 

    Un bouquet profond de fruits noirs et réglisse. Une bouche pleine, ronde, déjà expressive, puis qui se resserre, exprime sa puissance et sa vivacité. Sa jeunesse ne cache pas son énergie, mais l’élégance et la complexité sont déjà là !

  • Millésime 2008

    • 84 % Cabernet Sauvignon
    • 15 % Merlot
    • 1 % Petit Verdot

    Après un vrai hiver et ses quelques gelées de printemps, la saison viticole s’est déroulée sous surveillance : floraison peu productive, humidité permanente favorisant les maladies, été moyennement chaud. Heureusement septembre est beau, ce qui permet d’attendre la complète maturité des raisins, avec des vendanges tardives.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Fruit rouge dominant, le nez reste complexe, très droit et net.
    En bouche, on comprend la solidité et le classicisme de ce vin. Il y a du fruit, de la matière, des tanins souples et serrés en même temps.

  • Millésime 2007

    • 84 % Cabernet Sauvignon
    • 15 % Merlot
    • 1 % Petit Verdot

    De bonnes pluies hivernales ont remis les nappes phréatiques à un bon niveau et le débourrement très précoce a marqué la fin de cet hiver froid et humide. Les températures de mars et avril ont été assez élevées, favorisant le démarrage de la végétation. Une longue période grise, tempérée, sans excès s’est ensuite prolongée jusqu’en août. Heureusement, le beau temps s’est stabilisé début septembre pour favoriser la bonne et calme maturation du raisin. Il aura fallu patienter 125 jours après floraison pour atteindre la complète maturité des sucres, des tanins et de la pellicule. Un cycle végétatif plus long que la normale pour une année caractérisée par 13 lunes.

     

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Nez fruit rouge bien mûr. Discrétion de départ puis amplitude et ouverture. Elégance, charme, encore un peu discret, belle longueur. Boisé, fondu.

  • Millésime 2006

    • 82 % Cabernet Sauvignon
    • 16 % Merlot
    • 2 % Cabernet Franc

    Un hiver plus froid et plus humide que les derniers millésimes puis un printemps plutôt chaud jusqu’en juillet ont permis une véraison précoce et une belle maturité. Le mois d’août a été plus frais mais a été suivi par un mois de septembre ensoleillé – mis à part un passage orageux à la mi-septembre qui a accéléré les vendanges.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Belle robe très sombre. Le nez est discret, avec des notes primaires puis une évolution ample et assez dense. Bouche assez puissante avec une très belle structure et une jolie finale tannique et des notes de boisé bien fondues.

  • Millésime 2005

    • 89 % Cabernet Sauvignon
    • 10 % Merlot
    • 1 % Petit Verdot

    2005 a été la quatrième année consécutive de pluviométrie déficitaire mais la sécheresse s’est installée très tôt fin mai ce qui a permis à la vigne de s’adapter en réduisant son feuillage. Les grosses chaleurs de juin et juillet ont décliné progressivement en août et les nuits fraîches ont permis de conserver une bonne acidité pour une maturité lente sans blocages. Une année climatique atypique mais finalement idéale pour la production de raisins sains, très mûrs et gardant une belle fraîcheur.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    La robe de ce vin est profonde, le nez intense, délicat, subtil et complexe. Bouche très nette et droite au départ, puis prise d’amplitude, de volume et début d’une jolie rondeur. Très grande puissance, belle longueur, un belle densité et élégance.

  • Millésime 2004

    • 90,5% Cabernet Sauvignon
    • 9% Merlot
    • 0,5% Petit Verdot

    Après un hiver pluvieux et un printemps froid, les mois de juin et juillet ont été secs et chauds. Un mois d’août plus doux et un mois de septembre assez beau ont conduit à une lente maturité qui a repoussé la date des vendanges à la fin septembre. Il fallait être patient pour attendre la parfaite maturité des raisins.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Au nez, le vin est discret et s’ouvre doucement. Notes fruitées légèrement confites. En bouche, début ample, puis évolution vers un équilibre généreux, opulent avec une grande élégance. La finale est très longue, suave et soyeuse.

  • Millésime 2003

    • 86 % Cabernet Sauvignon
    • 9% Merlot
    • 3% Cabernet Franc
    • 2% Petit Verdot

    Le millésime 2003 restera un millésime mémorable, caractérisé par la canicule dans la région bordelaise et plus largement dans le pays.
    Le mois d’août a été marqué par une soudaine vague de chaleur, avec des températures supérieures à 40°C, qui durera environ deux semaines. La pluviométrie a été très faible tout au long de l’année viticole (555 mm de pluies entre octobre 2002 et septembre 2003, contre une moyenne habituelle de 850 mm) mais les sols sont restés relativement frais et la vigne n’a pas souffert du manque d’eau.
    Face à ces conditions exceptionnelles, le travail de la vigne a été adapté en conséquence. Ainsi, les opérations d’effeuillage ont été volontairement restreintes afin de protéger les vignes des fortes chaleurs.
    Fort heureusement, la présence d’eau dans le sol et des températures plus modérées dès le début du mois de septembre ont permis de compléter le processus de maturation.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    La robe est sombre et le nez exprime les fruits rouges très mûrs. En bouche, ce millésime se montre particulièrement riche, profond et onctueux avec des tanins très ronds. La finale est longue et persistante.

  • Millésime 2002

    • 87% Cabernet Sauvignon
    • 9,5% Merlot
    • 3,5% Cabernet Franc

    Après un débourrement précoce dû à un hiver chaud et sec, le temps relativement froid et pluvieux au moment de la floraison a entraîné des phénomènes de coulure (chute des fleurs) et de millerandage (fécondation hétérogène entraînant des baies petites et serrées). Dès le début du mois de juin, la récolte s’annonçait faible en quantité. Les mois de juillet et août, plutôt frais, confirmaient les conditions climatiques moyennes du début d’année permettant cependant un processus de maturité, et donc de véraison, sans à coup.

    Les conditions climatiques sont devenues exceptionnelles à l’approche de la récolte avec un mois de septembre superbe, ensoleillé, sans eau, avec un vent de nord-est, qui a permis d’accélérer le processus de maturité.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    C’est un millésime très dense, corsé, avec une texture et des tanins serrés, un bel équilibre et une grande longueur.

  • Millésime 2001

    • 86,5% Cabernet Sauvignon
    • 13,5% Merlot

    Après un hiver très humide et des températures très douces, le débourrement fut précoce. La floraison se déroula normalement et de façon très homogène. L’été a ensuite alterné chaleur et passages nuageux jusqu’aux vendanges : juillet plutôt frais, août plutôt chaud, septembre à nouveau frais avec quelques pluies. Dans ces conditions la maturation a été plutôt hétérogène et les vendanges ont pu se dérouler dans de très bonnes conditions.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Le nez est intense de fruits noirs. C’est un vin très élégant et harmonieux, avec des tanins puissants et très mûrs, un fruit très pur et une belle persistance.

  • Millésime 2000

    • 93% Cabernet Sauvignon
    • 7% Merlot

    Une année végétative relativement précoce avec une somme des températures supérieure à la moyenne et une pluviométrie normale. L’humidité de fin mai début juin a favorisé l’apparition du mildiou, mais la vigilance de nos techniciens n’a pas été prise en défaut. La fin de l’été fut très belle, les semaines chaudes et sèches d’août et de septembre ont donné des raisins extrêmement mûrs.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    La robe est très sombre avec des reflets violacés. Les arômes sont somptueux, envoûtants, une bouche à la fois puissante et d’une grande finesse, d’une assise tannique et d’une longueur remarquables.

  • Millésime 1999

    • 74% Cabernet Sauvignon
    • 18.5% Merlot
    • 6% Cabernet Franc
    • 1,5% Petit Verdot

    L’hiver fut clément comme pendant presque toute la décennie, suivi d’un beau printemps et d’une fleur précoce. En juillet et jusqu’à la mi-août, des jours humides au soleil parcimonieux nous font craindre pour le moût et surtout pour le botrytis, très présent et prêt à faire ses ravages. Heureusement, dès le 15 août et jusqu’aux vendanges ce fut la canicule. Les vendanges vont battre des records de vitesse sous un temps passablement humide.

    Le pari était risqué : vendanger à maturité et dans un laps de temps minimum. Le vin est composé des 4 cépages du vignoble, ce qui est rare mais identique  au 1996 (le cabernet franc et le petit verdot n’entrant pas souvent conjointement dans le Grand Vin). 

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Le millésime présente un joli nez boisé et épicé, la bouche est structurée, équilibrée avec une belle montée en puissance, beaucoup d’élégance, la finale est longue sur des fruits très rouges et mûrs.

  • Millésime 1998

    • 81 % Cabernet Sauvignon
    • 19% Merlot

    Des vendanges humides ont fait penser que les grandes espérances nées d’un débourrage précoce, d’une floraison homogène, d’un printemps sec et d’un août caniculaire seraient ruinées. Il n’en fut rien. Peut-être, est-ce grâce à la venue si tardive de ces pluies qui ne tombèrent vraiment qu’une fois les vendanges entamées, mouillant mais ne pénétrant pas les raisins, qu’un tel miracle s’est produit.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Toujours est-il que de francs sourires prirent la place des tristes figures quand les premières cuves furent travaillées, analysées, goûtées. C’est un millésime qui traduit la force de notre terroir, une couleur très profonde, sombre et un très joli mélange boisé, fruité et épicé en attaque. Ce ‘98’ de longue garde est très persistant, très riche et ample avec une finale soyeuse et très longue.

  • Millésime 1997

    • 90 % Cabernet Sauvignon
    • 10 % Merlot

    C’est le 8 septembre qu’à Lafite on sort les ciseaux pour couper les premiers merlots ; cette précocité est due à un temps idéal pendant l’hiver et le printemps. En revanche l’été fut quelque peu pluvieux mais fort heureusement septembre, comme en 1996, permit de vendanger sous le soleil.

    Ce furent les plus longues vendanges que Lafite ait connues récemment, les tries se succédèrent afin de bien contrôler l’état sanitaire des grappes. 

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Le nez est épicé, la bouche est soyeuse, sucrée, et expressive avec une finale fruitée et voluptueuse. La maturité de ce millésime savoureux sera sans doute plus rapide que ses deux plus proches aînés (1995 et 1996).

  • Millésime 1996

    • 83 % Cabernet Sauvignon
    • 9 % Merlot
    • 8 % Petit Verdot

    Une bonne année culturale, avec d’excellentes conditions pour la croissance du raisin, puis un mois d’août difficile, froid et pluvieux qui a fait baisser le moral des viticulteurs, et heureusement un grand soleil de septembre.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Les trois étapes de ce millésime  nous donnent, en final, un vin très riche, dense, très structuré et complexe. Certains dégustateurs retrouvent dans ce ‘96’ l’élégance du 1953, et la puissance du 1959 : de bon augure pour ce millésime de longue garde !

  • Millésime 1995

    • 74 % Cabernet Sauvignon
    • 18 % Merlot
    • 8 % Cabernet Franc

    Une année très ensoleillée et un été très sec. Début septembre, nous avons eu une légère pluie bénéfique, les vendanges ont débuté aux dates normales avec une belle maturité.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    C’est un superbe millésime aux tanins particulièrement fins, une très grande élégance, une excellente longueur en bouche, sans aucun doute de très grande garde.

  • Millésime 1994

    • 99% Cabernet Sauvignon
    • 1% Petit Verdot

    Des vendanges qui se sont déroulées dans des conditions excellentes. Dès le début des vinifications, les raisins ont montré un excellent potentiel avec un résultat de macération exceptionnel.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Très bonne concentration. Belle couleur grenat foncé très intense. Structure importante avec tanins serrés bien fondus. Une très grande capacité de vieillissement.

  • Millésime 1993

    • 81% Cabernet Sauvignon
    • 11% Merlot
    • 8% Cabernet Franc

    Des vendanges qui se sont écoulées sous un temps très couvert avec alternance de pluie et de beau temps mais une fin assez ensoleillée.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Une fermentation rapide mais une bonne concentration de tanins. Belle couleur intense. Nez fin, discret, bonne harmonie. Un très beau vin bien équilibré et de bonne garde. Un vin de classe.

  • Millésime 1992

    • 73 % Cabernet Sauvignon
    • 27% Merlot

    Une année pas très facile sur le plan climatique. La date de vendanges fut normale mais le temps nuageux avec quelques pluies. Le raisin est toutefois arrivé en excellent état jusqu’à la fin de la récolte nous réservant une excellente surprise dès la fin des fermentations.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    De bons niveaux de tanins, une structure équilibrée et des arômes bien marqués, une belle couleur pourpre, un nez épicé et boisé. Un vin plein en bouche, déjà bon à boire.

  • Millésime 1991

    • 64% Merlot
    • 36 % Cabernet Sauvignon

    Une vendange très classique avec une alternance d’orages et de périodes ensoleillées mais toutes les propriétés ont subi de très fortes gelées, les pires depuis plusieurs décennies.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Ce millésime surprend par sa qualité et sa consistance. Une très belle couleur, très franc, très droit, très net – bonne structure. Des tanins bien travaillés, légers mais mûrs. Une bonne longueur en bouche.

  • Millésime 1990

    • 57% Cabernet Sauvignon
    • 30% Merlot
    • 13% Cabernet Franc

    Une récolte abondante et de grande qualité. Des conditions climatiques excellentes pour les vendanges.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Couleur très foncée. Nez fin et complexe, parfum de cassis, myrtille, fumée, cuir, épices. Touche de chêne. En bouche attaque franche et élégante, beaucoup de tanins serrés, fins, de fruits mûrs. Texture soyeuse. Finale très longue. Vin promis à une longue garde.

  • Millésime 1989

    • 67% Cabernet Sauvignon
    • 33% Merlot

    De mémoire de viticulteur, on n’avait pas vu depuis 1893 de vendanges aussi précoces. Dès fin août, les raisins étaient mûrs et ont révélé par la suite une incroyable richesse en sucres. Si précocité n’est pas forcément synonyme de grandeur, nous parions tout de même, pour les rouges, sur la grandeur du millésime car les vins qui en sont issus méritent le qualificatif de « délicieux ».

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Le Médoc a produit des vins colorés, riches mais sans lourdeur, charnus, comparables au 1982.

  • Millésime 1988

    • 72% Cabernet Sauvignon
    • 28% Merlot

    Au terrible combat de juin contre l’oïdium, gagné grâce aux progrès de la chimie, succédèrent un été et un mois de septembre chauds et secs qui menèrent la récolte à maturité.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    En résultèrent des cabernets et des merlots colorés, puissamment structurés et tanniques.

  • Millésime 1987

    • 68% Cabernet Sauvignon
    • 27% Merlot
    • 3% Cabernet Franc

    A un été sec et chaud succédèrent des pluies diluviennes qui durèrent toutes les vendanges et engendrèrent une récolte peu importante. Le résultat final fut pourtant des plus satisfaisants.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    En effet, grâce à une forte sélection, les vins de 1987 s’avèrent très équilibrés, tendres et bien fruités, la pluie ayant donné un raisin très mûr. Si ce millésime n’est pas aussi concentré que le 1986 ou le 1988, il présente le grand avantage de pouvoir se consommer jeune.

  • Millésime 1986

    • 69% Cabernet Sauvignon
    • 16% Cabernet Franc
    • 15% Merlot

    A l’aube des vendanges 1986, après une moitié de décennie aussi réussie, les viticulteurs et amateurs de Bordeaux n’osaient espérer un autre grand millésime. Ce fut pourtant le cas : un printemps superbe suivi d’un été sec, agrémenté néanmoins de quelques pluies, engendrèrent une récolte très abondante et de haute qualité : des vins noirs, très concentrés sans être lourds, à dominante tannique marquée.

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    En un mot, une synthèse surprenante des millésimes 1945 et 1949. Il s’agit là d’un grand millésime de garde, car très structuré et apte au plus long vieillissement.

  • Millésime 1985

    • 65 % Cabernet Sauvignon
    • 25% Merlot
    • 10% Cabernet Franc

    Le millésime 1985 marque le retour au beau fixe. Les mêmes conditions climatiques qu’en 1982, à savoir un soleil continu de juillet à septembre, produisirent des résultats similaires : des grappes à peau épaisse, aux tanins condensés et souples, aux arômes éclatants. Les raisins nous ont donné des vins complets, veloutés, très bouquetés, et même un peu plus élégants que les 1982. Le temps idéal du mois de septembre a fait de 1985 un millésime d’exception, évoquant même le 1953 pour le Médoc !

    Notes de dégustation (à la mise en bouteilles) :

    Délicieux dès sa jeunesse, il devrait être rapidement apprécié tout en vieillissant avec grâce.